Les murs ont la parole

Livreto com frases escritas nos muros durante o Maio de 68 na França.

cover.jpg
Jornal Mural / Mai 68
Sorbonne Odéon Nanterre etc… / Citations Recueillies par Julien Besançon / Tchou, Éditeur
download.png
download / telecharger / baixar PDF+ZIP / 24.6 Mb / 121 pages / páginas

Cette fois aussi, c'état au temps des cerises.

La Commune de Paris allait être centenaire, On lavait toujours les façades. Les murs disponibles portaient blanc des uniformités sans âge; seule, ou presque, la Sorbonne restait noire. La rue, la rue alors ne voutait dire qu'embouteillaqes. « Défense d'Afficher » n'était pas encore un poème mais une loi d'un autre siècle.

L'un des premiers, qui dynamita à la bombe de peinture, a pulvérisé en rouge « lnterdit d'interdire » ; c 'était attaquer la forteresse au badigeon et, en coloriant le mur vouloir faire tomber les murs.

« Ici on dépoussière » a balayé un panneau et le journal mural, sans les idéogrammes de Pékin, mais avec les idées qui de Proudhon à Bakounine, des surréalistes aux situationnistes, agitent la France depuis ses plus anciennes barricades, s'écrasèrent comme les cerises de mai sous les fresques de Puvis de Chavannes, les couloirs des anphithéâtres, res tours de la Faculté des Sciences et les hôtels Louis XV de l'lle Saint-Louis.

Le graffiti en soi devenait Iiberté. Et combien de sincères ont écrlt « je n'ai rien à écrire » : ils n'étaient pas naïfs. Ils ont crié pour se « sentir avec ».

8

Célébra.tion d'un anonymat qui participe. Oeux qui ont citá n 'orn pas sig nê, annexant r auteur aux circonstances.

Mais css crls, au elou sur la crale, à 'a: chaux sur t'e parpaing et ,à I'encre sur te papíer, níant ta politlque, contestant la phllosopble. l'es-

hétique:1 la poésie, ont créé. Forum vertlcal, démocraUe de 'a rature ..

tes rajouts, l'es réponses ; nstituai ent u n dia~ogue.

Oéja tes 'essivag,es btsnes de j uin éc'rasent à: pl a ies pamph1ets no i rs et rouges de mal ~ on repeint.

pour la premiére fois sens doute, un monument historique n'avalt pas

pré enfon de rêtre.

las dissonances et les discl.lssions, monl.lment éphémére d'un prínntem ps, auraient disparu. o.

Ces rnurs ame grandes oreílles, qui revendiquaient la paroís, n'auraient olus eUdJyeux? P'ou rquol ?

Dou ce recuerL

J u fien Besançon.

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivs 3.0 License